Lors du Festival du film Sundance, YouTube lance un défi aux réalisateurs et agences créa : raconter une histoire en vidéo en seulement 6 secondes. Défi qui devient très vite un catalyseur d’innovation en matière de storytelling. Syndrome de la page blanche ? Les Bumper Ads viennent à la rescousse.

Vous avez probablement mis 6 secondes à lire ce paragraphe d’introduction. Et s’il était possible de raconter une histoire percutante en vidéo dans ce même laps de temps ?

Réalisateurs et agences créa relèvent le défi. Mais pas question de raccourcir des spots plus longs ni de condenser des annonces de 15 secondes pour en faire des vidéos de 6 secondes. Place aux films spécifiquement adaptés à cette durée. Avec les Bumper Ads, YouTube veut aider les annonceurs à capter l’attention des utilisateurs sur mobile.

Regardez ces contenus vidéo et découvrez comment leurs auteurs ont imaginé, filmé et monté une histoire percutante en 6 secondes.

« Concevez votre histoire comme une blague »

« Ce qui m’a le plus surprise, c’est de constater que 6 secondes suffisent vraiment pour faire passer un message percutant. Quand je scriptais, je pensais en mots et avais du mal à rester brève. Mais quand j’ai divisé le temps imparti en images, j’ai compris que j’en avais suffisamment pour transmettre quelque chose de plus fort.

Concevez votre histoire comme une blague. Faites-en une punchline, puis imaginez comment la constuire grâce aux outils à votre disposition. »

Maud Deitch, créative, Mother NY

« The High Diver », Mother NY

« Un mot, une image ou une seconde peuvent suffire pour attirer l’attention »

« Au début, nous pensions que la contrainte de temps constituerait un obstacle pour raconter une histoire émouvante. Mais nous avons rapidement compris qu’il n’était pas nécessaire de raconter l’histoire entière, au sens traditionnel du terme, pour susciter de l’émotion.

Un mot, une image ou une seconde peuvent suffire pour attirer l’attention. Nous avons choisi de montrer une petite fille qui souffle ses bougies d’anniversaire. Scène qui peut déclencher une multitude de sentiments et d’émotions, et donner envie à l’utilisateur d’en voir davantage. C’est ce qui fait la beauté du storytelling. »

Mia Kuhn, productrice, TBWA/Chiat/Day

« Breath », TBWA/Chiat/Day

« Une bonne histoire repose sur le changement »

« La créativité a besoin de restrictions. Les difficultés nous montrent la direction à prendre et les obstacles à franchir.

Une bonne histoire repose sur le changement : un carré qui se transforme en cercle, un personnage qui se découvre ou un paysage qui change. Six secondes pour montrer cette transformation, c’est court. Je savais donc qu’il me fallait identifier le moment précis où tout devient différent.

Tony Xie, Associate Broadcast Producer, Droga5

« Modern Love », Droga5

« Nos cerveaux ne subissent pas vraiment les contraintes de temps »

« J’ai été surpris par l’efficacité et la puissance des images, et par l’élasticité du cerveau. Cela ne dure que 6 secondes, soit 180 images. Mais quand nous regardons la vidéo, nos cerveaux ne subissent pas vraiment les contraintes de temps. Je me souviens que les images m’ont paru beaucoup plus longues.

J’ai été surpris de constater qu’un film de 6 secondes me paraissait plus long que de nombreux spots de 30 secondes que j’avais réalisés. »

Topher Cochrane, Senior Producer, Leo Burnett

« Tattoo », Leo Burnett

« Rester simple »

« Le temps étant limité, nous devons faire preuve de créativité pour définir très vite le cadre de la pub : qui, quoi et où. Tout doit rester simple : l’idée, le récit et les visuels. On peut dire beaucoup de choses si tous les éléments fonctionnent ensemble. »

Lawrence Chen, réalisateur, BBDO
Daniel Adrain, directeur créatif, BBDO

« Time Travel », BBDO

« Commencer par quelque chose auquel l’audience peut s’identifier »

« Je voulais commencer par quelque chose auquel l’audience peut s’identifier. C’est toujours important, mais encore plus avec ce format. Six secondes, c’est vraiment très court. Si l’audience peut s’identifier au contenu, elle projette sa propre expérience dans la créa, puis comble les trous et permet d’avancer plus vite dans la narration. »

Alexander Engel, réalisateur

« Deliverance », par le réalisateur Alexander Engel

« Susciter la curiosité »

« Pour ce format court, j’ai cherché comment séduire rapidement l’utilisateur et susciter sa curiosité, puis le laisser avec la métaphore et le message percutant que je souhaitais transmettre. La créa doit être structurée, mais pas trop travaillée, pour qu’elle se déroule aisément. »

Lake Buckley, réalisatrice

« Loveletter », par la réalisatrice Lake Buckley

6 secondes pour créer quelque chose d’extraordinaire

Toute cette créativité, toutes ces émotions, tous ces récits que vous venez de regarder ne durent pas plus de 42 secondes au total.

Réalisateurs et agences créatifs ont insisté sur la simplicité, les éléments visuels percutants, les fondamentaux d’un bon storytelling et la volonté de laisser une place à l’imagination des utilisateurs. Commencez par une image, une punchline ou un sentiment, et créez quelque chose d’extraordinaire !