Acheter dans l’Hexagone ou à l’étranger, quelle différence ? L’e-commerce ne connaît pas de frontières, et le mobile devient l’épicentre de la croissance. Au cours des 6 derniers mois, 57% des e-consommateurs ont acheté à l’international, selon une étude Nielsen sur les tendances de consommation online dans le monde.

L’e-commerce devient m-commerce

Grâce aux nouvelles technologies, Internet accompagne toujours plus le quotidien des consommateurs. Et le smartphone devient le point de jonction entre l’espace de ventes physique et le digital.

Des inégalités d’infrastructures persistent entre les pays : faible pénétration d’Internet, coûts d’accès élevés et connexions peu fiables. Pour 32% des personnes interrogées dans le monde, la connexion n’est pas suffisante pour acheter online. En réponse, certains e-commerçants proposent le téléchargement rapide de sites et d’applis. C’est le cas en Inde avec le développement d’une stratégie « tout mobile ».

Quand l’infrastructure est en place, le mobile ne cesse de gagner du terrain. Aux États-Unis, les mobiles ont enregistré environ 57% du trafic online lors du Black Friday de novembre 2015, en hausse de 15% sur un an. En France, le parcours d’achat commence sur mobile dans 66% des cas. Pendant les soldes, les requêtes sur mobile progressent : 20,2% pour la période des soldes d’hiver 2015, 25,6% pour les soldes d’été 2015 et une prévision de 28% pour les soldes d’hiver 2016, en hausse de 8 points sur un an. Preuve du rôle moteur du mobile dans la croissance de l’e-commerce.

L’e-commerce, un monde sans frontières

Où je veux. Quand je veux. L’e-commerce lève les frontières et ouvre de nouveaux horizons tant aux marques qu’aux consommateurs. Des pays développés aux plus émergents, tout le monde est concerné. L’étude Nielsen indique que 74% des e-consommateurs indiens ont acheté à l’étranger. Idem pour près des deux tiers des e-consommateurs européens : 79% en Italie, 73% en Allemagne et 59% en France.

L’étude Nielsen corrobore le Baromètre Consommateur de 2015 : pour 44% des e-consommateurs français, l'achat est motivé par la qualité de l’offre, alors que 30% achètent à l’étranger pour bénéficier de meilleures conditions (services, conditions de paiement ou prix) et 26% citent une meilleure disponibilité des produits. À noter que 19% sont prêts à accepter des temps de livraison plus longs.

L’e-paiement, en développement

Euros, dollars, livres ou yens : fini le casse-tête des devises. Les pratiques de paiement online évoluent, et les e-consommateurs troquent de plus en plus la CB pour des modes de paiement digitaux. Dans le monde, 53% des e-consommateurs paient avec une carte de crédit tandis que 43% préfèrent un paiement digital comme PayPal, 39% la carte de débit et 38% le prélèvement automatique sur un compte bancaire.

Les modes de paiement digitaux sont les plus répandus en Europe de l’Ouest. Ils concernent 68% des e-consommateurs en Allemagne, 56% en Espagne et 55% en France. Le phénomène est plus marqué en Chine avec 86% des e-consommateurs.

Les cartes de débit, notamment à débit immédiat, sont utilisées couramment pour les achats online (61 et 71% respectivement), même si le paiement à la livraison reste l’option privilégiée. Illustration en Inde avec 83% des répondants. Une popularité qui s’explique notamment par le nombre de consommateurs non bancairisés et la faible pénétration des cartes de crédit.

En 2015, 25% des principaux retailers français n’avaient pas encore de site mobile transactionnel. Si le mobile et l’international sont les prochains leviers de croissance, placez vos marques sur l’échiquier mondial et déployez une stratégie m-commerce !


Méthodologie :

L’étude Nielsen repose sur une enquête auprès de 13 000 personnes dans 26 pays pour comprendre comment et pourquoi les consommateurs achètent online.


À lire également :

  • Les soldes d’hiver, un sprint sur mobile
  • Baromètre Consommateur : les Francais vivent sur Internet
  • Le mobile, un device omniprésent