51 matchs dans 10 villes françaises : le coup d’envoi de l’Euro 2016 sera donné le 10 juin. Si certains se préparent à passer un mois scotchés à l’écran, d’autres en profiteront pour se faire plaisir. La victoire, on la veut tous. Mais il n’y a pas que le foot dans la vie !

Le foot et tout le reste

Les Français sont toujours plus fans de foot. De la sélection des joueurs au repérage des fan zones, ils naviguent online pour rester au top de l’actu et vivre le quotidien de leur équipe préférée. Illustration sur YouTube France : les vidéos liées au Championnat d’Europe UEFA 2012 ont généré 24,4 millions de vues et 500 000 engagements1. Et, selon le cabinet d’études Tubular Labs, l’Euro 2016 apportera 15 millions de vues additionnelles, rien que cet été1.

Un mois de ballon rond. Pour les footeux, c’est le bonheur. Mais pour les autres ? Focus sur toutes ces personnes qui continuent à vivre sans le foot.

En France, 54% des femmes ne s’intéressent pas au foot. Une bonne nouvelle pour 52% des hommes, qui préfèrent regarder les matchs sans leur conjointe2 !

Et, quand les femmes font des recherches sur Google.fr, leurs requêtes « Euro 2016 » sont souvent associées à des termes génériques tels que « mascotte », « lieu », « pays » ou « date ». Les requêtes des hommes sont plus spécifiques : « calendrier », « billetterie », « poules »3.

L’Euro, un événement mode et beauté ?

Pendant l’Euro 2016, la Terre ne s’arrêtera pas de tourner. La preuve : le shopping reste une activité privilégiée pour 84% des femmes pendant les grands championnats de foot. C’est vrai pour 35% des hommes2.

Même quand elles se laissent tenter par un match, les femmes font leur shopping online. Le grignotage passe au second plan2. Beaucoup de Français ne seront donc pas sensibles et réceptifs à un message publicitaire 100% foot !

Question shopping, les univers privilégiés sont la mode et la beauté. Les requêtes ont d’ailleurs été 2 fois supérieures à celles sur le foot pendant l’Euro 2012.

En direct du stade ou à l’écran, les joueurs deviennent créateurs et prescripteurs de tendances. À titre d’exemple, la requête « coupe de cheveux Ronaldo » a enregistré un pic juste après les matchs clés du Portugal au Championnat4.

Idem pendant la Coupe du Monde 2014. Les requêtes « coupe Ronaldo » ont dépassé les requêtes « phase finale » au moment des matchs de quarts et de demi-finale4.

L’Euro devient donc un terrain exploratoire pour la mode et la beauté : les supporters français adoptent des comportements mimétiques et se tournent vers des catégories moins « foot » et plus « beauté » (produits de beauté, soins capillaires) et « mode » (look des joueurs)4.

L’Euro 2016, ce n’est pas que du foot. Annonceurs, pensez bien au-delà et soyez présents sur tous les écrans, car sport, mode et beauté se rencontrent sur le terrain des tendances web.


Sources :

1.Tubular Labs. Du 1er janvier au 31 décembre 2015. 2.Etude réalisée par Repucom début 2015, Institut Survey Lab by VentesPrivées. 3.Données internes à Google. 4.Google Trends


À lire également :

  • Étude Ipsos : YouTube, l’atout sport des Français
  • Le sport sur YouTube, une opportunité pour les marques
  • Sur YouTube, pas de temps mort pour le sport
  • PSG sur YouTube : du foot et du content marketing
  • Le foot sur YouTube va au-delà du terrain