TV, presse, web : les Français dévorent les émissions de cuisine, et YouTube devient le repère gourmand des foodistas. Hervé Cuisine lâche tablier et caméra pour parler de la complicité entre YouTubeur et abonnés lors du Food Morning #2 le 12 avril 2016 à Paris. Plaisir et authenticité mijotent à feu doux pour un max de goût !

Français et food, un savoureux mélange

Des siècles que ça dure, et toujours pas d’infoodélité ! Même si l’alimentation pèse de moins en moins lourd dans le budget des ménages français, elle devient cuisine plaisir avec une dimension ludique et sociale. Ce soir, ciné ou atelier cuisine ?

Retour sur 50 ans de gueuletons et de repas sur le pouce avec Nathalie Morer, chef de la consommation des ménages à l’Insee.

En 2014, les Français ont dépensé 232 milliards d’euros, soit 3 600 euros en moyenne par habitant, pour se nourrir. La part du budget alimentation dans les dépenses de consommation des ménages s’établit à 20,4%, contre 34,6% en 1960.

Si l’on zoome sur le panier alimentaire, la liste de courses a bien changé. Pains et céréales, viandes, fruits et légumes reculent régulièrement tandis oeufs, poissons et laitages se maintiennent depuis les années 1990. En parallèle, les frigos se remplissent de plats préparés, de produits sucrés et de boissons non-alcoolisées. « En 1960, un repas sur 100 était acheté tout prêt. Aujourd’hui, c’est 4 fois plus. » Modes de vie et recommandations sanitaires influencent la composition du panier.

« De 1986 à aujourd'hui, on observe une baisse de 25% du temps de préparation des repas, de 71 minutes à 53 minutes par jour. Et les moins de 35 ans sont ceux qui passent le moins de temps à cuisiner. »

Hervé Cuisine, chaud devant

Sortez casseroles, fouets et spatules, le trentenaire Hervé Palmiéri remet les statistiques à zéro avec sa chaîne culinaire « Hervé Cuisine » sur YouTube. De l’écran à la table, ça déborde de plaisir et d’authenticité !

Depuis 2007, le YouTubeur lève le couvercle de la marmite pour partager ses recettes et livrer ses secrets en cuisine. Ses tutos accompagnent le quotidien de plusieurs centaines de milliers de Français avec des hits sucrés comme le « super cake zébré » ou le « gâteau magique à la vanille ».

Ses sources d’inspiration ? « Je suis très attentif aux commentaires. Je les lis, et ça m’inspire. Les internautes veulent avoir des conseils pour mieux choisir leurs produits et préparer leurs plats à la maison. Je fais des recherches pour faire évoluer mes recettes et répondre davantage aux interrogations. »

Hervé Palmiéri constate une prise de conscience des consommateurs et une volonté de manger mieux. Un défi exaltant pour l’apprenti cuistot qui aime sortir des oeufs battus. « On me demande des recettes avec moins de sucre et moins de beurre. Il y a 9 ans, je mettais 250 grammes de beurre. Aujourd’hui, je cherche comment retirer un peu de beurre, tout en conservant le moelleux. Vous retrouverez des cookies, car on ne peut pas opérer un virage sans beurre et sans sucre. Et les moelleux au chocolat ont encore un bel avenir, même si j’ai remplacé le beurre par la courgette râpée et le sucre par la stevia. Carton complet auprès des mamans qui ont réussi à faire manger de la courgette à leurs enfants ! »

Crac, croc. Les abonnés craquent, leurs convives croquent. Avec ses tutos vidéos, Hervé Cuisine fait saliver les papilles et briller les pupilles. « Quand on a une communauté qui s’inspire de vos recettes, on essaie de faire plaisir. Les recettes et les recherches évoluent. Il faut proposer un mix pour faire plaisir un tout le monde. »

Et, personne ne le contredira, « un petit confit, ça fait du bien aussi. Il faut juste équilibrer après avec une salade. » Foodistas ou pas, tous en cuisine !


À lire également :

  • Food Morning #2 : le web, pourvoyeur du bon goût
  • De nouveaux influenceurs culinaires font bouillir la marmite digitale
  • Michel et Augustin : une stratégie vidéo aux petits oignons
  • YouTube est fou de food