S’il y a bien un secteur prometteur en France, c’est celui de l’e-commerce. Chiffre d’affaires de 64,9 milliards d’euros et expédition de 450 millions de colis élèvent la France au 5ème rang mondial en 2015. Et ce n’est que le début. Marc Lolivier, directeur général de la Fevad, dresse un panorama chiffré du e-commerce en France lors des Enjeux de la Fevad le 14 juin 2016 à Paris.

« Malgré une conjoncture économique délicate, un climat social tendu et une météo exaspérante, le secteur de l’e-commerce continue de croître. » Illustration en 10 points d’un secteur dynamique et créatif :

#1. E-commerce. 35,5 millions de Français achètent désormais sur Internet, soit 26 transactions par seconde. En 2015, 835 millions de transactions online ont eu lieu pour un chiffre d’affaires de 64,9 milliards d’euros, en hausse de 14% sur un an. Le milliard de transactions devrait être franchi cette année.

#2. M-commerce. 6,6 millions de Français ont déjà commandé à partir d’un smartphone pour un chiffre d’affaires de 6,4 milliards d’euros en 2015, en hausse de 40% sur un an.

#3. Marketplaces. 34% des internautes ont acheté sur des marketplaces au cours des 6 derniers mois. Le volume d’affaires y est estimé à 3 milliards d’euros.

#4. Consommation collaborative. 14 millions de Français ont eu recours aux sites collaboratifs en 2015 et 22 millions d’e-acheteurs projettent d’y recourir en 2016.

#5. Web-to-store, store-to-web et web-in-store. Le couple web/magasin est de plus en plus complémentaire à toutes les étapes du parcours d’achat. 69% des acheteurs en magasin se sont renseignés sur Internet avant d’acheter en magasin tandis que 52% des e-acheteurs se sont renseignés en magasin avant d’acheter sur Internet. Question web in-store, 43% ont utilisé leur mobile pour s’orienter et s’informer sur les produits et 29% de smartphonautes ont déjà acheté sur Internet alors qu’ils étaient en boutique.

#6. Livraison. Avec 450 millions de colis livrés en 2015, la livraison devient un vrai levier marketing dans le e-commerce. Et parmi les différents modes de livraison, 88% des acheteurs ont préféré la livraison à domicile et 81% en point relais, tandis que 31% ont déjà retiré un paquet en magasin au cours des 6 derniers mois. À noter que 12% ont souscrit une formule de livraison illimitée et 35% des acheteurs seraient intéressés par une offre type Amazon Premium.

#7. Sites marchands. En 2015, la Fevad recense 182 000 sites marchands actifs, en hausse de 16% sur un an. « Un site ouvre toutes les 24 minutes, et la barre des 200 000 sites sera franchie cette année avant le salon E-Commerce de septembre. »

#8. Internationalisation. Point positif : les sites e-commerce se projettent de plus en plus à l’international. Ils sont 60% à vendre à l’international, et pas qu’en Belgique (« même si nos amis belges restent un terrain d’entraînement privilégié pour le e-commerce »). Au top 5 des pays dans lesquels les sites sont représentés, la Belgique domine à 86%, suivie de l’Espagne à 69%, l’Italie à 64%, l’Allemagne à 57% et le Royaume-Uni à 53%.

#9. Emploi. Les chiffres font état de 112 000 salariés directs dans des entreprises de plus de 10 personnes en 2014. Selon une enquête Fevad/LSA sur les sites leaders, 57% d’entre eux ont augmenté leurs effectifs en 2015 et 52% prévoit de le faire en 2016.

#10. Enjeux de demain. Fournir le cadre et permettre au e-commerce de rayonner.

« Le e-commerce est l’un des principaux moteurs de la révolution digitale », conclut Marc Lolivier. « Les évolutions sont de plus en plus rapides et profondes, ce qui pousse les entreprises à se réinventer, à se repositionner et à répondre à de nouvelles aspirations. La bataille du e-commerce est planétaire, mais on a des entrepreneurs capables de relever les défis en France et qui ont déjà montré leur goût du risque. »


À lire également :

  • E-Commerce One-to-One 2016 : le client, co-créateur de valeur
  • Livraison le jour même : enjeux et méthode
  • E-commerce : la livraison, étape clé de l’engagement client
  • E-Commerce One-to-One 2016 : le client, co-créateur de valeur
  • Petit Bateau : 44% des ventes offline précédées d’une visite online