Chaque génération a son référent culturel. Après la TV, la radio FM, la vidéo online est un levier d’engagement très puissant. YouTube devient un média de masse et présente un condensé de la culture française. Entretien avec Sébastien Perron, directeur des partenariats YouTube en France, pour parler innovations et tendances sur YouTube France. Bienvenue dans la nouvelle ère de l’entertainment !

YouTube France et YouTube en France

YouTube France, quelle différence ?

Les contenus domestiques sont plus nombreux que sur les autres marchés. C'est lié à la langue et à la richesse de l'écosystème. Les thématiques musique et humour sont encore plus développées qu’ailleurs. L’humour est porté par des YouTubeurs comme Cyprien et Norman, des collectifs comme StudioBagel, Golden Moustache ou le Woop ou encore par une génération montante de YouTubeurs.

Quelques chiffres sur l’audience en France ?

YouTube, c’est un milliard d’utilisateurs dans le monde, en hausse de 40% entre 2014 et 2015. C’est aussi 400 heures de vidéos téléchargées par minute sur la plateforme, soit l’équivalent de 4 saisons de Game of Thrones. En 2015, YouTube France a recensé 31 millions de visiteurs uniques par mois1. Le temps passé a augmenté de 50% en un an sur tous les écrans, et de 100% sur mobile !

Les YouTubeurs en France, un phénomène, des phénomènes ?

Les YouTubeurs sont des gens comme vous et moi. Ils se sont appropriés la plateforme pour parler humour, beauté, sciences, cuisine, etc. Certains sont de vraies stars. Plus de 200 000 personnes ont vu le spectacle de Norman, Natoo était N°1 des ventes à la FNAC avant d’être rattrapée par 50 Nuances de Grey. Et le livre autobiographique d'EnjoyPhoenix #Enjoymarie, sorti le 15 mai 2015 aux éditions Anne Carrière, s'est écoulé à plus de 100 000 exemplaires en 2 semaines. Il a été réimprimé à 130 000 exemplaires.

Mais il n’y a pas que des YouTubeurs sur YouTube. Quelles thématiques sortent du lot ?

Sur YouTube, il y en a pour tous les goûts et toutes les passions. La musique est la thématique la plus populaire. Rappelons le succès fulgurant des L.E.J. Le groupe met en ligne une vidéo début août et enregistre 7 millions de vues en une semaine. En 2015, les L.E.J. font la première partie de Pharrell Williams à Monaco. Cette année, elles seront à l’Olympia et en tournée en France, en Belgique et en Suisse.

Les contenus sport et jeux vidéo sont également très populaires. D’ailleurs, Tubular Labs a recensé 350 000 vidéos sport et 2,5 millions de vidéos liées aux jeux vidéo sur YouTube France en 2015. Les gamers sont l’une des communautés les plus engagées sur YouTube. Nous avons lancé une appli et un site dédiés aux gamers aux États-Unis et en Angleterre. Bonne nouvelle : la version française de YouTube Gaming arrive bientôt.

Des thématiques émergentes ?

Le lifestyle avec notamment le lancement par Endemol de la chaîne Icon France autour de 9 YouTubeuses. Sans oublier l’émergence de chaînes plus sérieuses sur la philosophie, l’histoire, les maths ou la vulgarisation scientifique.

La technologie pour favoriser qualité et créativité

Quelle place accordez-vous à l’innovation et à la technologie ?

Nous mettons à disposition des outils pour faciliter la création et la mise en ligne de vidéos. En parallèle, nous tenons à proposer une expérience hyperpersonnalisée aux internautes. C’est-à-dire pousser via nos algorithmes des contenus différents à chacun en fonction de ses centres d’intérêt.

Caméra à 360°, plateau de tournage, salles de montage et de projection sur 350 m2 au coeur de Paris : le YouTube Space a été inauguré le 1er octobre 2015. Peut-on parler de concentré de technologies au service de la créativité ?

Le YouTube Space de Paris, c’est le 7ème dans le monde et le 3ème en Europe après Londres et Berlin. Il a été créé pour offrir le maximum aux créateurs. Nous voulions mettre à disposition un espace de collaboration gratuit, un studio avec fond vert pour les effets spéciaux et du matériel très spécifique pour filmer à 360°, au ralenti ou en ultra HD, appelée 4K. Il y a aussi une reconstitution de bistrot pour échanger et une salle de formation et de visionnage pour décrypter les tendances sur YouTube France, apprendre les bonnes pratiques (développement d'audience, éclairage, interaction avec la communauté), mais aussi comprendre l’écriture digitale et les droits d’auteur.

YouTube, du virtuel au réel

Après VidCon aux États-Unis, VidéoDays en Allemagne, VideoCity débarque en France les 7-8 novembre 2015. On recense 160 YouTubeurs et 30 000 fans. Objectifs atteints ?

Nos objectifs étaient multiples : représenter physiquement YouTube, valoriser les YouTubeurs et les mettre en face de leurs fans. Tout était organisé pour permettre aux fans de rencontrer leurs YouTubeurs préférés en séances de dédicaces. Gros succès pour la Gold/Silver Ceremony, présentée par Cyprien et Kevin du RireJaune, avec plus de 10 000 fans et des selfies live-tweetés.

Quel bilan des 4 workshops pour YouTubeurs avertis et débutants ? La relève est assurée ?

Les workshops ont attiré un large public : jeune et moins jeune. Les plus jeunes voulaient comprendre comment poser les bases de la création sur YouTube. Des parents accompagnaient également leurs ados pour comprendre l'ampleur du phénomène et poser leurs questions.

Quid d'une V.2 de VidéoCity ? Et YouTube dans l'histoire ?

Les organisateurs y travaillent. Côté YouTube, des améliorations sont toujours possibles, mais nous cherchons à montrer toujours plus l'étendu des thématiques sur la plateforme.

Et dans le monde réel de YouTube, quel rôle jouez vous ?

Je suis en charge des partenariats de contenus sur YouTube. Au quotidien, je suis au contact d’éditeurs et de créateurs pour les aider à exprimer leur créativité, toucher la bonne audience et optimiser leurs revenus. Mon rôle est de les accompagner dans la compréhension et l’utilisation des outils.


Source :

1. Médiamétrie, janvier 2015


À lire également :

  • 10 ans de YouTube, 10 raisons d’investir
  • YouTube Rewind 2015
  • CES 2016 : la vidéo online devant la TV d’ici à 2020 pour Robert Kyncl
  • Parfums sur Youtube : l’essence même des marques