Salon de référence de l’industrie mobile, le Mobile World Congress 2017 s’étend à tous les acteurs des réseaux, de l’IoT, de l’automobile, de la smart home, de la smart city, etc. Le futur de la mobilité est-il dans les usages ? Quelles nouveautés en réalité virtuelle, intelligence artificielle ? Où en est la 5G ? Réponses à 4 mains d’Alice Taffin, Industry Manager Telecom chez Google France, et Roland Duffau, Industry Head Telecom & Media chez Google France.

Le mobile, fondamental et élémentaire

Pour l’édition 2017, la GSM Association (GSMA) scande « Mobile. The next element ». Votre lecture de ce slogan ?

L’évolution du slogan de la GSMA ces dernières années est en soi symptomatique de la transformation fondamentale en cours.

Avant, le « Mobile » correspondait essentiellement au smartphone et couvrait tant le device que l’usage qui en était fait. Désormais, le terme porte davantage sur le concept plus large et théorique de mobilité, quels que soient le moyen d’accès (téléphone, voiture, objet communicant), la technologie d’accès (3G/4G/5G, satellite, narrowband) ou d’usage (VR/AR, IoT, gaming), mais aussi l’univers (personnel, domotique, automobile, citadin, industriel… ).

Et c’est bien dans cet esprit que le MWC évolue et dépasse le cadre des seuls constructeurs de smartphones (qui restent néanmoins ultra-présents) pour intégrer l’ensemble de l’écosystème (éditeurs de contenus multiples, sociétés de services digitaux, opérateurs d’infrastructures de tous types, constructeurs et équipementiers de tous univers, cabinets de conseil, startups, régies internet, etc.) de façon plus ou moins organisée.

Cette transformation est effectivement globale, brouillant les silos traditionnels des usages et révolutionnant notre accès à l’information et à la communication. À ce titre, oui, le « mobile » est bien le « next element ».

Un marché en transition

Alors que le marché des smartphones gagne en maturité, les acteurs du secteur misent sur les usages et l’expérience utilisateur pour se différencier de la concurrence. Vos observations en ce sens au MWC 2017 ? Des exemples concrets à partager ?

Le device reste fortement mis en avant. La preuve avec Nokia et le revival du 3310 ou les stands de Huawei, LG, Sony et Samsung, même si le lancement du Samsung Galaxy S8 ne se fera que fin mars (en contrepartie, Samsung s’affichait dans des partenariats plus surprenants, notamment avec Peugeot pour son nouveau concept car Instinct).

Au-delà des équipements, un usage ressortait : la réalité virtuelle (et, dans une moindre mesure, la réalité augmentée). Samsung et les principaux constructeurs ont tous fait la part belle aux casques de VR (y compris DayDream View, disponible sur quelques stands dont celui de Verizon), avec de multiples applications pour la plupart connotées gaming.

Un peu moins omniprésente qu’au dernier CES, où il était impossible de lui échapper, l’Intelligence Artificielle a néanmoins fait parler d’elle. Ainsi, après Huawei plus tôt cette année, c’est Lenovo qui a annoncé l’intégration d’Alexa dans son dernier Moto Z. Et Google avec l’intégration de son Assistant dans tous les smartphones équipés d'Android 6 et 7.0.

Dernier (mais non des moindres) usage majeur du Salon : le service de « SMS enrichi » basé sur la norme Rich Communication Suite, pour lequel Google a récemment noué des partenariats avec un certain nombre d’opérateurs (Sprint, Orange, Deutsche Telekom ou encore Telenor). Des premiers use cases étaient en démonstration sur le stand de la GSMA et impliquaient des grands noms des secteurs retail et travel.

Bref, que ce soit pour son design ou pour ses fonctionnalités, le « mobile » reste bien le roi du MWC !

Tous sur le pont pour la 5G

La 5G se profile à l’horizon 2019-2020. Équipementiers, opérateurs télécoms, régulateurs : tout le monde est sur le pont pour préparer la 5G. À juste titre. Avec un débit moyen de 20 Gbits/s (plus de 1000 fois plus rapide que la 4G), la 5G va déclencher une révolution invisible qui transformera notre quotidien. Elle connectera les personnes entre elles, mais aussi à leur environnement, aux véhicules autonomes, aux drones, aux caméras de très haute définition, aux appareils médicaux, etc. Secteurs, objets, services : everything connected. Quelles transformations profondes attendre avec la 5G ?

Si les normes précédentes (3G, 4G) avaient surtout mobilisé les opérateurs et équipementiers, c’est bien tout l’écosystème qui s’approprie le sujet de sa définition et de sa mise en oeuvre, justifiant l’omniprésence de la thématique 5G sur cette édition du MWC.

La raison tient au périmètre fonctionnel de cette nouvelle norme : au-delà d’offrir un accès plus rapide, plus économe en énergie et plus sûr, la 5G devrait permettre une abolition des frontières entre « mobile » et « IoT », entre téléphonie grand public et télécommunications à vocation industrielle.

En conséquence, c’est tout une série d’acteurs, aujourd’hui tournés vers les réseaux narrowband et autres solutions propriétaires, qui se retrouvent concernés par cette nouvelle interopérabilité.

Les applications susceptibles d’en découler sont multiples et ouvrent la perspective d’économies d’échelle à des sociétés jusqu’ici concentrées sur des niches d’usage, notamment dans le domaine industriel (industrie robotique, médecine à distance, imagerie 3D, etc.). La possibilité de collecter et d’exploiter les données à partir de l’ensemble des objets communicants (y compris smartphones) de la planète permet d’envisager un tout autre business model.

La date effective de lancement des premiers usages est encore très lointaine, mais les sociétés, qui souhaitent y jouer un rôle, ont bien compris l’importance de se mobiliser sans plus attendre !

MWC 2017, en bref

Quels sont vos 3 takeaways ?

#1. Plus evolutionary que revolutionary. Pas de disruption notoire cette année, mais la transformation en cours s’intensifie.

#2. Vers une ère du tout-mobile, tout-connecté. Comme la 5G l’incarne (ou tente de le faire), la frontière entre « mobile » traditionnel et IoT au sens large (automobile, domotique, applications industrielles, etc.) tend à se brouiller. D’où la question : quel impact sur les acteurs de chacun de ces mondes ?

#3. Toujours un must-go. Le MWC reste un cadre privilégié pour capter l’effervescence du secteur, sa mutation, et multiplier les échanges avec les partenaires et acteurs de l’écosystème.

À lire également :

  • CES 2017 : IA, réalité virtuelle, voiture autonome s’exposent à Vegas
  • Mobile World Congress 2016 : 5G et réalité virtuelle font le show
  • SXSW 2016, entre intelligence artificielle et marketing expérientiel
  • Les Français sont mobile first. Et Google ?