Parce que le shampoing est un incontournable de la grande consommation, une étude Google et MarketShare mesure l’impact des différents canaux marketing sur les ventes en France. Découvrez data et insights pour optimiser votre mix marketing !

L’étude de Google et MarketShare porte sur les retombées commerciales des investissements marketing aux États-Unis, en Australie, au Japon, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni. La période étudiée va de janvier 2012 à octobre 2014.

Les résultats de cette modélisation économétrique reposent sur une mesure des différents canaux marketing (TV, presse papier et digital - vidéo, search, display) et de leur influence sur les ventes de shampoing en magasin. Parmi les sources de data, citons Kantar Media, IRi, Ebiquity, IBOPE, MarketShare, YouTube et Google.

En France, le budget publicitaire pour le shampoing se répartit principalement entre la TV et la presse papier. Mais avec 84,1% du budget marketing total, la TV domine très largement le mix marketing.

Précisons que la pub sur Google représente 5,2% des dépenses marketing et 9,1% des revenus impactés par le marketing.

Pour la période concernée, les pubs YouTube ont enregistré 2,4 fois plus de revenus par euro dépensé que les pubs TV.

Dernier insight de l’étude Google et Marketshare : si l’on transfère 15% du budget TV vers la pub Google, les revenus impactés par le marketing augmentent de 3,8%. Illustration parfaite de l’efficacité du mix TV et online sur les ventes de shampoing en France !


Méthodologie :

  • La période étudiée s’étend de janvier 2012 à octobre 2014.
  • « Non-Google display » est une estimation des dépenses display à partir d’un panel (hors Facebook, Twitter et la vidéo YouTube)

  • À lire également :

  • Impact publicitaire : la vidéo online rattrape la TV
  • Étude Google : le marketing digital booste les ventes au box-office
  • Étude Google : impact des pubs online et offline sur les ventes de sodas
  • Étude Google : insights marketing pour booster les ventes de nettoyants visage
  • Étude Google : quel mix média pour optimiser les ventes de dentifrice ?