Le Search met sous cloche 20 ans de tendances culinaires

Bon ou mauvais. Raffiné ou délicat. Le goût est une affaire personnelle. S’il y a autant de Français que de goûts, des tendances se dessinent et reflètent les mutations culturelles et sociétales. Google épluche aujourd’hui 20 ans de tendances culinaires et vous en donne la primeur. Petite sélection, façon retour de marché.

Véritable second de cuisine, le Search vous aide à trouver la bonne recette, à avoir les bons gestes, à choisir les bons ingrédients et à faire en sorte qu’ils soient livrés à temps (+30% de requêtes « livraison dans la journée » en 2 ans1). De 1998 à 2018, une relation de confiance s’est instaurée, les requêtes se sont précisées (+130% de requêtes « meilleur poivre » en 2 ans1), et le palais s’est affirmé. Au menu : plaisir, santé et partage !

Une cuisine sans frontières

Au début des années 2000, les Français ouvrent leur cuisine et regardent par-delà les frontières. D’est en ouest. Du nord au sud. Le voyage des saveurs commence et ne s’arrêtera pas. Les sushis, aujourd’hui incontournables des déjeuners sur le pouce ou des dîners entre amis, font leur apparition sur Google Trends en 2004. Depuis une dizaine d’années, les requêtes « sushis » sont constantes et nombreuses.

Autre culture. Autre partie du monde. Même scénario. Le brunch et le burger, aujourd’hui ancrés dans les habitudes culinaires, ne sont recherchés qu’à partir de 2006. Ils connaissent une croissance continue et atteignent même un pic de recherches en mars 2018. Également venus des États-Unis, plus spécifiquement de Californie, les smoothies apparaissent en 2008 et connaissent, sans surprise, des pics de recherches chaque été. Plus encore depuis 20152.

On vous avait promis à boire et à manger ! En 2013, le cocktail italien Spritz franchit les Alpes, et les premières recherches perlent dans l’Hexagone. Elles pétilleront sur les terrasses françaises dès l’été 20162.

Sain, sinon rien

« C’est moi qui l’ai fait ». À la fierté du fait-maison s’ajoute la préoccupation grandissante des Français pour la qualité et la traçabilité des produits alimentaires. Le Search s’inscrit dans cette quête d’une alimentation saine, équilibrée et éco-responsable. Les Français y vérifient certaines assertions, s’informent et se font leur propre opinion. Manger oui, mais pas à n’importe quel prix !

Pour avoir un esprit sain dans un corps sain, rien de tel qu’un mix de baies de goji, de chou kale, de grenade et de curcuma. Ces super-aliments, aux vertus anti-oxydantes et anti-âge, ressortent régulièrement dans les tendances de recherches depuis 20062.

Bio, véganisme, flexitarisme, locavorisme : c’est tendance de se mettre au vert. Impulsé par les millennials, ce courant ne cesse de faire des adeptes. Le véganisme, apparu en 2011, devient une recherche récurrente dès 2014 et atteint désormais les mêmes niveaux que le burger. Le locavorisme, mode de consommation qui privilégie les aliments produits localement, apparaît dans les Top Trends dès 2015, tandis que le le flexitarisme, émerge en 2018. Sans oublier les requêtes « meilleur magasin bio », qui grimpent de 160% de janvier-juin 2015 à janvier-juin 20171. Et le « quinoa », aliment privilégié du healthista, qui part de zéro en 2007 et atteint un pic de recherches en mai 20172.

Ô ma région !

Incontournables. Indémodables. Indétrônables. Les crêpes sont une véritable institution. Depuis 2007, la recette des crêpes reste la plus recherchée en France. Seule la tartiflette ose lui ravir la première place, mais seulement de 2004 à 20062.

Si la mondialisation fait partager les saveurs et circuler les recettes, le goût est bien souvent une affaire locale. Les Français sont attachés à leurs traditions régionales et à la transmission du patrimoine culinaire. La preuve en est que la grande majorité des régions recherche une spécialité locale.

Les bredele en Alsace. Les merveilles en Aquitaine. La truffade en Auvergne. La marquisette en Bourgogne. Le far breton en Bretagne. Le Paris-Brest dans le Centre-Val de Loire. La soupe champenoise en Champagne-Ardennes. Les Migliaccioli en Corse. La galette comtoise en Franche-Comté. La pissaladière en Languedoc-Roussillon. Le pâté lorrain en Lorraine. La carbonade flamande dans le Nord-Pas-de-Calais. La teurgoule en Basse-Normandie. La soupe angevine dans les Pays de la Loire. Et le saucisson brioché en Rhône-Alpes*.

Avec la chorba, soupe traditionnelle du Maghreb, l’Île-de-France est la seule région à rechercher un plat d’origine étrangère. Autre surprise : la Picardie* ne recherche pas la ficelle picarde ou la tarte au maroille, mais la recette du punch2.

En 20 ans, le Search a bousculé les habitudes alimentaires, rapproché consommateurs et producteurs et facilité la découverte de cultures culinaires. Quelles opportunités pour les marques ? De la production à la distribution, en passant par les actions marketing, la clé est de rester à l’écoute des consommateurs et d’être là au moment où ils ont le plus besoin de vous. À chaque requête, les Français envoient un signal sur leurs intérêts et attentes. À vous de saisir l’occasion pour leur parler, leur adresser des informations utiles et pertinentes, voire leur montrer votre profondeur de gamme. Ainsi, votre marque n’est plus dans une approche top-down et s’inscrit dans les usages spontanés des utilisateurs.

Le Search : de l’intention à l’action